L’ennemi atavique du veggie…

Je mange peu de viande. Peu. Pas Pas. Alors quand j’en mange, je me fais plaisir :  un petit steak tartare au couteau 😉

Ingrédients

  • 150g de viande de boeuf qui-va-bien-pour-le-tartare-demande-à-ton-boucher
  • 1 jaune d’oeuf
  • Huile de tournesol
  • Vinaigre d’alcool ou melfor
  • 1 petite cébette
  • 2 cornichons à la russe
  • 1 càs de câpres
  • 1 càs de moutarde
  • 1càs de ketchup
  • 1 trait de sauce Worcester
  • tabasco
  • un piment oiseau à l’huile, ou bien plus de tabasco
  • quelques brins de persil

Recette

  1. Emincer finement la cébette, les cornichons, les câpres, le persil et le piment.
  2. Couper en très petits cubes la viande à l’aide d’un (bon) couteau
  3. Dans un cul de poule, faire une mayonnaise : placer le jaune d’oeuf avec un peu de moutarde, puis fouetter énergiquement en ajoutant progressivement l’huile de tournesol. Mettez autant d’huile qu’il le faut pour faire figer votre mayonnaise, puis ajouter une càs de vinaigre pour la faire blanchir.
  4. Dans un autre cul de poule, prélever une cuillère à soupe de votre mayonnaise maison, mettre tous les autres ingrédients et bien mélanger. Rectifier le piquant en ajoutant moutarde et/ou tabasco à convenance, puis saler et poivrer. Réfrigérer une quinzaine de minutes avant de dresser sur une assiette en formant au choix une boule ou un disque aplati.
Bon, si vous n’avez pas de boucher à proximité pour vous conseiller sur le type de viande-qui-va-bien-pour-le-tartare, sachez qu’il faut une viande maigre, tendre et qu’il faut qu’il y ait un peu de mâche. Le top est de prendre moitié filet de boeuf (pour la tendreté) et moitié filet de rumsteak (pour la mâche). Ces 2 viandes sont très maigres, elles conviennent parfaitement. Précisez bien à votre boucher que vous faites un tartare au couteau, car si le tartare classique (avec la viande hachée) peu s’accommoder de viandes moins nobles, le tartare au couteau est plus exigeant sur la qualité de la viande utilisée. La race de viande choisie est peu importante, mais ne prenez que de la race à viande (charolais, blonde d’aquitaine…). Eviter les viandes très persillées (angus ou autres), et éviter également les viandes maturées pour ce plat, car la viande étant davantage desséchée, elle perd de sa tendreté.
Publicités

& Viva España !

Vous recevez des amis, et vous en avez déjà assez des saucisses et des brochettes ? Pas de problème, on va faire un petit plat qui utilise la cuisson à couvert du barbecue à gaz  : la Paëlla. Ce classique de la cuisine de Valencia, dont le nom dérive du mot « Poêle » au passage, est juste une énorme tuerie à partager entre amis. C’est un plat unique, composé essentiellement de fruits de mer et de poulet donc plutôt sain d’un point de vue nutritionnel. En plus, on peut facilement l’accompagner d’une petite Sangria qui va bien, et d’un dessert pas forcement très calorique à base de fruits espagnols (agrumes ou autres). Bref, une bonne alternative et pas trop difficile à réaliser. Le plus dur, c’est peut être de ne pas se resservir #GrosFailPourMoiLàDessus

(suite…)

Weber is Coming, Jon Snow…

Le temps se dérègle, des morceaux de glace gros comme des sucres à café sont tombés cet après midi à Strasbourg… Ce serait à cause du réchauffement climatique. Marrant ça, d’ailleurs, que le réchauffement climatique provoque des giboulées de grêle en juin… En attendant que le soleil daigne revenir, je me prépare psychologiquement à ressortir le Weber des familles, et quoi de mieux que quelques brochettes d’inspiration libanaise pour anticiper ce moment qui VA arriver. Forcement. Si, Si.  #hope

(suite…)

Les boulettes de porc au curry vert & Coco

Une petite recette d’influence asiatique intéressante et plutôt réussie pour commencer ce blog, librement adaptée d’une recette trouvée dans l’excellent livre « cuisine asiatique »  aux éditions Marie Claire. A servir avec un petit sauté de légume (wok) ou/et  un riz complet ou un mélange de céréales pour compléter l’apport en glucides. Cette recette est assez nourrissante, donc il faut éviter de manger plus de 3 boulettes par repas.

 

 

(suite…)